Les Hot rod sont des objets de culte de la Kustom Kulture américaine, généralement à base des premières voitures américaines des années 1920 aux années 1950, avec pour modèles de prédilection les premières Ford T, Ford A II, et Ford B II, avec pour variantes les Volksrod, Woodies, Rat rod, ou Custom (moto), Bobber, et Rat bike de bikers.

Ils sont baptisés Tuning, ou Custom, au-delà des années 1950.

Les premiers hot rods apparaissent dès les années 1920 aux États-Unis1 et se développent dans les années 1930, à un moment où le Fordisme rend l’automobile économiquement accessible au plus grand nombre.
Dès cette époque certains possesseurs d’automobiles, déçus par le manque de puissance et de sportivité de leur voiture, décident d’en modifier les caractéristiques.

Les hot rods sont re-carrossés : le capot percé de louvers (« ouvertures d’aération »), le toit abaissé ou retiré et les garde-boues enlevés ou réduits à deux fines bande de métal de « style moto ».
Les jantes étaient généralement élargies pour mieux transmettre la puissance du moteur au sol.
D’autres modifications pouvaient être apportées, comme le changement du rapport de pont, de la boîte de vitesses et du système de direction, toutes choses qui devaient supporter la puissance supplémentaire.

Le châssis généralement abaissé, en jouant sur les amortisseurs et la taille des roues avant, afin de diminuer la résistance au vent et d’abaisser le centre de gravité.
La plupart des hot rods arborent des couleurs vives et chaudes (les plus courantes étaient le jaune et le rouge) et des décorations en forme de flammes : le légendaire motif « flaming » !

Le phénomène s’amplifie pendant et après la Seconde Guerre mondiale avec des voitures d’occasions d’avant-guerre en y adaptant des moteurs V8 plus récents .

Ce phénomène de culte du Hot rod marque profondément la culture de la jeunesse américaine de l’époque (Kustom Kulture).

Aujourd’hui la philosophie Hot Rod inspire toujours les nouvelles approches de concept cars,
s’agissant de performances ou de design !

– Retrouvez nos vidéos et playlists sur notre chaîne YouTube en cliquant ici –

Les années 50 et 60 furent un terrain d’expression unique aux USA pour se décliner sur l’ensemble des objets de consommation de l’époque. 

Une période qui conjuguait design industriel, largement inspiré par l’industrie automobile, des débuts de la publicité avec ses affiches, plaques émaillés, silhouettes publicitaire, des néons  …

C’est aussi le temps des couleurs acidulées, d’une esthétique parfois proche de la bande-dessinée et également d’une forme d’hédonisme propre à des temps d’opulence économique.

Aujourd’hui, nombre d’objets d’époque sont les témoins de cet American Vintage que l’on peut retrouver en décoration : mobilier comme les banquette de Diner’s (restaurants typiques US), plaques émaillées et objets publicitaires, luminaires chromés rappellant les calandres de Cadillac, et même pompes à essence !

Une approche du design qui fait appel aux proportions généreuses, aux chromes, aux confort de vie …. bien illustré dans la séries TV « Happy Days ».

Ainsi, même l’électro ménager des grille-pain aux radios portatives en passant par l’aspirateur et surtout les légendaires jukebox sont concernés par cette tendance.

La mode également fut le témoin de cette époque avec de nouveaux standards dont les blousons type « Varsity » et de nouvelles matières pour ces dames.

Le Village American d’American Festival Chartres fédère tous ces facettes du Vintage américain pour un voyage dans le temps et le style !

A retrouver sur notre chaîne Youtube

Nos partenaires & sponsors